Tous pour un maghreb commun!

Battons nous tous pour un maghreb commun...
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 mon article Maghreb , je t’attends ….

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bent larbi



Féminin Nombre de messages : 241
Age : 28
Localisation : Tiaret -Algerie
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: mon article Maghreb , je t’attends ….   Ven 29 Déc - 7:39

Certes le chemin est long, mais on y arrivera un jour….
Et comme on dit souvent « de la discussion jaillit la lumière »
Moi je dirais plutôt « de la lecture jaillit la première idée . »


Maghreb , je t’attends ….

J’ai pris la décision de descendre à la station d’El biar, pour prendre la correspondance vers la station de Bab el oued, le journal « El Maghreb » sous la main, je m’assieds en attendant le prochain métro, sur le banc un vieil homme accompagné d’un petit gamin âgé d’environ huit ans. Il est huit heures trente minutes, le vieil homme, l’enfant et moi nous garnissions cette station rutilante, où les affiches publicitaires en plusieurs langues tapissaient les parois faïencées, vantant les mérites de produits purement maghrébins.
Je dépliais mon journal, tout en prêtant l’oreille ; curiosité oblige, et je dévisageais ce septuagénaire qui bavardait avec cet enfant, me semble t-il son petit fils car ce dernier acquiesçait à chaque phrase, et il lui répondait : « oui, grand père ».
Le grand père, jouait le rôle du guide pour cet enfant, il lui montrait, expliquait et commentait toute phrase sortant de sa bouche, tout mouvement d’une personne qui passait, ou toute idée qui lui trottait dans la tête et ce qui me laissa pantois c’est qu’il parlait du Maghreb d’hier et d’aujourd’hui, ce sujet qui me tenait à cœur et dont j’étais fier m’obligea à rater la rame qui venait de passer dans un bruit doux, et à participer à la conversation en tant qu’auditeur, sans intervenir.
Je lisais mon journal sans pour autant le lire, pour ne pas attirer l’attention du « maitre » et son «disciple» et je m’approchais davantage. Le vieil homme était entrain de lui raconter comment nous sommes arrivés à ce stade : « l’union du Maghreb arabe ».
La précision et la dextérité de cette description me fit revenir à la réalité, et je commençais à enregistrer comme une bande magnétique cette partie de notre histoire.
Tu sais mon petit, par exemple, la station où nous sommes maintenant, a été réalisée par le grand pays arabe, mais je vais revenir un peu en arrière pour bien t’expliquer :
Il y a des années, il existait trois pays à savoir le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, nous étions des frères, et pas des frères en même temps, à titre d’ exemple les frontières étaient fermées ou ouvertes au gré des humeurs de certaines personnes , il fallait courir pour obtenir le ou les visas pour aller rendre visite à un ami, ou se promener, l’économie était presque interne, et tout le monde rêvait d’un seul pays et unique.
Ce rêve se réalisa après plusieurs années, et grâce à la volonté de la jeunesse qui comme toi peut faire des miracles.
Ce miracle a vu le jour, où l’esprit de la fraternité, la sincérité et la franchise dominèrent sur le reste.
Et comme pour confirmer ses dires le vieil homme entra dans un labyrinthe de détails qui me faisait revoir le film de la construction du Maghreb Arabe actuellement sous le nom « El Ouma El Arabia ».
Regarde mon fils, Casablanca se trouve maintenant à huit heures de train, ton oncle Ali qui étudie là bas, à l’université peut sans problème prendre « le Transmaghreb » qui a été réalisé par nous et quand je dis nous les habitants des trois pays.
1…/…5

Autre exemple, Houria notre voisine travaille dans une banque à Tunis qui est à 6 heures de trajet, elle fait deux fois le trajet par semaine, et l’homme que j’ai salué toute à l’heure c’est son mari (tunisien) le mécano de la rame qui vient de passer.
Les professeurs de différentes matières assurent des cours partout au niveau des établissements scolaires, et spécialement à l’université.
Les examens scolaires, puisque nous sommes dans le domaine de l’éducation, tu peux t’inscrire là où tu veux simplement tu dois justifier que tu résides dans le grand Maghreb, les examens quelques soient les niveaux se dérouleront le même jour, le même sujet, tu vois c’est formidable, l’enfant de Tozeur aura le même sujet que celui de Ain Amenas ainsi que celui de Tanger.
D’ailleurs, si tu veux qu’on te parle de l’éducation et du système scolaire, parles en à ton cousin Rabah, il est le représentant de tous les étudiants, et lui il te montrera son ami Fouad qui est votre représentant au niveau du premier cycle.
Je sais mon petit, l’école tu n’aimes pas qu’en on parle, j’aborde le sujet qui t’intéresse le plus ; c’est le sport ou plutôt le football, autrefois il y avait ce qu’on appelait la coupe des clubs champions du Maghreb que trois équipes se présentaient, c’était du passé, maintenant il existe un championnat maghrébin ,le niveau de la compétition est très élevé et ceci dans tous les domaines pas uniquement dans le football, et comme ça ,cette union et cette stimulation à formé l’élite qui a représenté le grand Maghreb à travers le monde dans les compétitions olympiques, face aux grandes nations telles que comme la Chine, l’URSS et l’USA.
Les médailles et coupes n’étaient pas l’objectif, la seule idée c’était de découvrir le Maghreb arabe.
Tu sais dans ce brassage, sain, beaucoup de choses se sont réalisées.
Je reviens sur un sujet qui te tient à cœur, le football, cette semaine il y a deux matches très intéressants, l’un à Sfax qui opposera l’équipe de Tiaret à celle de Sfax, et l’autre à Marrakech contre l’équipe d’Alger, et je ne sais pas quel match voir ?
Dans le domaine culturel, beaucoup de choses ont vu le jour, les activités culturelles se succèdent, troupes musicales et théâtrales sont formées de jeunes du Maghreb, par exemple dans un orchestre on peut trouver les trois pays, une équipe théâtrale aussi, les costumes, le langage, un seul objectif…
Concernant les films, réalisation du grand Maghreb, acteurs issus de la grande ouma el arabia, lieu et décor propres à nous.
Je regardais ma montre, il est presque dix heures, une heure et demie d’écoute, record battu, moi qui d’habitude bavardait beaucoup, mais l’échange entre deux générations m’a énormément plu, et c’est pour cette raison que je me suis tu pour une fois.
Le va et vient des passagers était fluide, et sans bruit, si comme ils étaient avertis au départ, de ne pas déranger la discussion entre nos deux acteurs.
Je pliais et dépliais mon journal, je regardais la date, les titres sans attacher une grande importance, la discussion m’avait entrainé loin, très loin dans la réalité.
Un « Salam aalikoum » vint perturber ce dialogue à sens unique, par un couple de jeunes qui demandait où se trouvait « la magrébine » sorte de maisons de jeunes.

2…. /...5


Le vieil homme, se leva, répondit d’une manière polie au « Salem » du jeune couple, fit quelques pas, et accompagnant le geste à la parole, il leur indiqua le chemin qu’ils doivent prendre, en sortant de la bouche du métro, il les accompagna, j’avais l’impression qu’il avait oublié son petit fils, et qu’il allait les ramener vers le lieu indiqué. Quelques mètres après, après avoir pris congé de ses hôtes passagers, il revint vers nous, me salua, et j’ai compris qu’il n’avait pas fait attention lorsque je suis arrivé.
L’homme à la barbe blanche, les yeux vifs, tout content d’avoir fait une bonne action, repris la discussion avec son fils, en disant ce ne sont pas des touristes, ce sont tes frères qui viennent ici pour assister a un mariage …
Enfin, je viens d’entendre la voix du petit môme qui ne faisait qu’écouter, une voix fine et innocente, mais père pourquoi « el maghribia » et non une adresse précise par exemple « boulevard de l’unité » …
Ici, le vieil homme sourcilla, et répliqua, la maison où ils sont invités se trouve juste à coté « d’el maghribia » voilà pourquoi.
Puis levant la tête vers le haut, prenant son souffle, comme s’il voulait attraper au vol une idée qui lui échappait, ensuite il enchaina, tu sais mon petit tout ceci, ne s’est pas réalisé en une journée, au contraire après plusieurs années je ne pourrais pas dire de luttes mais presque, et c’était des batailles au fil des jours, on en perdait une, on en gagnait une autre, et au fil du temps, on gagnait du terrain.
Les jeunes de mon époque, réclamaient, proposaient, débattaient, provoquaient des réunions, participaient aux référendums, aux marches pacifiques, ils criaient à haute voix à qui voulait les entendre.
Les réunions, assemblées se faisaient dans les normes, dans la transparence, dans la légalité, et tout le monde pouvait participer à ces débats, en toute quiétude.
Les lieux étaient publics, les informations, et avis circulaient à travers les trois pays, et avec les moyens dont disposaient les jeunes tels que l’internet et autres.
Cependant, une chose mon fils était la clé de la réussite de cette entreprise : il n’y avait pas d’hypocrisie, pas de démagogie, et le seul dessein était l’union.
Les flibustiers, les versatiles, les arrivistes, et opportunistes, n’étaient pas exclus au contraire, à travers les réunions, on leur inculquait des leçons de morale, de savoir vivre et on discutait leurs avis et en argumentant. Ce n’était pas facile mais avec la persévérance on arrive toujours réussir et le tout avec une bonne intention.
« Regarde », il prit un stylo et dessina sur un bout de papier trois figures géométriques collées l’une à l’autre, probablement les trois pays, et accentua deux traits en disant : ça c’étaient les frontières , actuellement ces frontières n’existent plus , et comment on est arrivé à ce stade, c’est très simple, les jeunes des trois pays on écrit respectivement à leurs chefs d’état en demandant un référendum dans lequel il y avait ceci « Monsieur le gouverneur, nous jeunes de la nation , demandons à ce que les frontières soient bannies de la carte pour l’unification des trois pays , et en toute démocratie ».
La demande était générale, et les chefs ne pouvaient qu’accepter de passer au vote, mais ces derniers étaient obligés de se concerter avant entre eux, pour décider de la date, et de là commençait, les pourparlers pour autres choses.
Toutes les décisions prenaient formes à partir de l’avis des peuples.
3…/…5



Le petit gamin, regardait son grand père, d’un air un peu surpris, voulant lui dire « moi la politique je n’y connais rien, l’essentiel pour moi, est que je peux me déplacer dans la Ouma el arabia »…
Devinant ses pensées, il ajouta, Dieu soit loué mon petit, si nous sommes arrivés là, c’est grâce à notre jeunesse, son niveau intellectuel, son savoir faire, et sa prise de conscience…
Et plusieurs préoccupations et problèmes se sont résolus grâce à cette union, le chômage, par exemple, qui touchait presque tous les jeunes à tendance à disparaître.
Mais une chose est certaine, mon petit, les jeunes qui ont accepté ces changements, se sont promis de travailler leur pays et dans leur pays, même nos jeunes savants qui étaient à l’étranger exploités par d’autres puissances, ont rejoint les rangs pour édifier notre grand pays.
Et pour conclure, trois pays en un seul, c’est formidable, donc il fallait un seul drapeau, et ceci à provoqué un référendum, et nous nous sommes mis d’accord à cette époque que notre drapeau serait fait de l’assemblage des trois drapeaux avec une sourate:
وَاعْتَصِمُواْ بِحَبْلِ اللّهِ جَمِيعاً وَلاَ تَفَرَّقُواْ
« Et cramponnez-vous tous ensemble au "Habl" (câble) de Dieu et ne soyez pas divisés »

D’une certaine manière, nous avons fait comme certains pays, il y a des années ont décidé de s’unir pour des raisons politiques et économiques qu’on appelait la CEE.
Le vieil homme lâcha un long soupir, il venait, me semble t-il, d’avoir accompli une mission, qui est celle d’avoir fait un cours d’histoire ou plutôt avoir participé.
Oh combien précieux à ces yeux, d’avoir raconter la réalité à un petit, comme pour lui inculquer la notion de la liberté, de la démocratie et de l’unité obtenues grâce à la volonté des jeunes maghrébins.
Il regarda sa montre, me scruta d’un air triomphant, signifiant qu’il venait d’accomplir sa mission.
Il se leva, défroissa le pan de son trench-coat, regarda encore une deuxième fois sa montre, prit la main de son môme, il se fait tard semble t-il en parlant à lui-même, il se dirigea vers la sortie, peut être qu’il avait oublié qu’il voulait prendre le métro.
Je regardais ce duo, qui avançait, le grand suivant le rythme du petit, je n’entendais plus leur conversation, je pliais mon journal pour la unième fois, à mon tour je me levais, il est onze heures, ai-je raté mon rendez-vous ? Non au contraire je viens de vivre une partie de notre histoire.
La unième rame vient de s’arrêter, pour déverser les voyageurs de tous les horizons, d’autres silencieusement s’embarquent, la rame repris son chemin perpétuel, la galerie se vide, un jeune se précipite furtivement « tagua » sur l’une des parois ceci « Dirou ki h’na » (faites comme nous…)


4…/…5

Le vieux se retourna, et me lança « ils doivent faire comme nous, s’unir »
Oui, s’unir me suis –je dis, c’est le seul moyen, ou plutôt préserver cette union …
Le vieil homme et son enfant ainsi que le tagueur disparurent de la circulation, je pris les escaliers mécaniques, la discussion résonnait dans ma tête, je me suis aperçu que je me trouvais déjà sur l’artère principale, moi aussi j’avais oublié de prendre le métro, une grande affiche, fraichement collée, attira mon attention, elle invitait la population à participer à un sondage avant la consultation sur l’ouverture vers les autres pays voisins.
Cette affiche venait de confirmer les dires du vieil homme, et je pense que c’était l’occasion pour notre septuagénaire de, encore une fois prouver ses dires à son bambin, et de reprendre peut être la discussion sur ce thème.
Evasif, et rêveur, je me perdis dans la foule, pensant au lendemain qui apportera plus de bonheur, et de joie, de paix, de tranquillité et de fraternité à notre « El Ouma el arabia ».



Bouhebtoun Bent larbi



























5…/…5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 412
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: mon article Maghreb , je t’attends ….   Ven 29 Déc - 8:29

J'ai adoré sousou ton article, je te l'ai déjà dit et je le répète
j'ai aimé ton style d'écriture et celà me fait tres plaisir de que tu l'ais publié dans ce forum pour le partager avec d'autre....
Juste une question!!
Tu dis que les jeunes ont parlé aux chefs d'état,.....
je ne sais pas en Algérie, mais au Maroc impossible de lui parler....

La seule solution reste donc: Les médias!!!
Et oui car c'est à travers les médias que nous parviendront à faire écouter notre message au gouvernement....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maghrebcommun.forumpro.fr
bent larbi



Féminin Nombre de messages : 241
Age : 28
Localisation : Tiaret -Algerie
Date d'inscription : 02/11/2006

MessageSujet: Re: mon article Maghreb , je t’attends ….   Ven 5 Jan - 15:23

bon en algerie pour moi c'est facile .mais si tu dit de les parler face a face non .mais nos debat notre caravane .......
tout ca est adresse au gouvernent mais indirectement .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Nombre de messages : 412
Date d'inscription : 14/08/2006

MessageSujet: Re: mon article Maghreb , je t’attends ….   Sam 6 Jan - 2:54

Oui mais comment?
Lui écrire une lettre?
Toujours impossible au Maroc affraid confused

Esperons que M6 lis les journeaux cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maghrebcommun.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: mon article Maghreb , je t’attends ….   

Revenir en haut Aller en bas
 
mon article Maghreb , je t’attends ….
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un article ecrit par Lesly Pean sur les elections.
» article sur haiti/tire de voltairenet.org
» Article pour celebrer le bicentenaire de la citadelle/tire d
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» new republic article on Obama!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous pour un maghreb commun! :: Concours...Article....Caravane.... :: Article-
Sauter vers: